FÉDÉRATION FRANÇAISE NEWS

Les grands axes du projet fédéral FFPJP 2024 avec Joseph CANTARELLI, Président de la FFPJP

joseph-cantarelli-petanque.news_Plan de travail 1

Depuis la disparition prématurée de son ami Michel Desbois, alors Président de la Fédération Française de Pétanque et de Jeu Provençal survenue le 26 mai 2018, Joseph Cantarelli était aux manettes de l’institution en qualité de vice-président délégué.

C’est au Congrès de Troyes que ce dirigeant passionné a été élu Président . Une élection qui lui permet de poursuivre la mise en place des changements initiés par son prédécesseur.

 

 

Monsieur le Président,  puisque c’est ainsi que l’on doit vous appeler désormais,  quel sentiment vous anime après ce plébiscite ?

  • Avant tout, je dois avouer que j’aurais voulu que ce moment n’arrive jamais. Ou du moins pas comme ça. Michel Desbois était avant tout mon ami  de toujours !

À Troyes, j’ai ressenti une infinie tristesse. C’était très dur sur le plan émotionnel mais j’ai été touché de voir que l’adhésion a été totale pour le projet fédéral FFPJP 2024 que l’on portait avec Michel.

Après 6 mandats en région et 3 mandats fédéraux, je ne suis pas surpris par l’ampleur de la tâche qui a rencontré une forte adhésion.

 

Quelle sera votre première action en tant que Président ?

  • Dans la nouvelle gouvernance du sport, les fédérations sont plus autonomes. Ce qui est à la fois une chance mais également quelques contraintes.

Je suis donc ravi que le Projet Fédéral préparé en amont du Congrès de Troyes ait été voté à l’unanimité. Ça me réjouit d’autant plus que ce projet se décline du Haut Niveau jusqu’aux clubs qui sont la base indispensable et vitale d’une fédération sportive.

 

Quels sont les grands axes de ce projet ?

  • On a la chance d’avoir des jeunes talents, tant chez les garçons que chez les filles. Mais 8% de jeunes licenciés, c’est trop peu par rapport aux autres fédérations.

Nous allons donc développer des animations dans les clubs et mettre en place des compétitions jeunes qui n’existent pas aujourd’hui. Dans un premier temps,  nous allons créer des Championnats de France juniors.

Nous prévoyons également de développer le partenariat avec l’école via notre convention avec l’UNSS. Notre sport à trop longtemps vécu dans l’entre-soi. Il faut donc favoriser la diversité des pratiques et créer des passerelles avec le Sport scolaire  pour attirer de nouveaux licenciés.

Renforcer aussi les actions de nos propres Ecoles de pétanque est un autre axe fort.

 

Quoi d’autre ?

  • Nous devons travailler également sur la féminisation de la pratique. Sur plus de 300.000 licenciés, nous comptons seulement 16% de femmes ou jeunes femmes. Là aussi, c’est trop peu.

La mise en place et l’augmentation d’épreuve mixtes peuvent aider à valoriser la pétanque féminine et attirer plus de femmes.

Mais au-delà de la mixité, la FFPJP va également poursuivre son travail sur l’intergénérationnel.

Nous sommes peut-être le seul sport où l’on peut jouer toute une vie, de 5 à 95 ans….

Nous tenons beaucoup également à la diversité des pratiques. Ne perdons jamais de vue que nous sommes une discipline populaire d’insertion et nous sommes sensibles à ce qui se fait dans le handicap, le milieu carcéral,  les EPADS grâce à une pratique est peu coûteuse.

Nous avons la chance d’avoir des cadres et des bénévoles pour mettre en place et développer ces actions. Mais nous allons aussi nous pencher sur un plan de professionnalisation afin de former plus de cadres en région.

 

Autre chantier, et non des moindres, le Centre National ?

  • Dans la nouvelle gouvernance du sport qui demande plus d’autonomie aux fédérations , la pétanque a une chance, c’est qu’elle vit sur ces fonds avec seulement 3% ou 4% de subventions publiques.

J’ai donc présenté au Congrès de Troyes ce projet d’un Centre National , un peu à l’image de Clairefontaine pour le football ou Marcoussis pour le Rugby.

Pour financer ce projet de 7 millions d’investissement et très attendu par toutes et tous, il a été voté une augmentation du prix de la licence de 2 euros qui nous permettra de mener à bien ce projet sans aide extérieure.

Ce sera notre maison, avec une partie administrative  et 64 pistes de jeu pour accueillir les rassemblements de nos champions.

Cet outil doit nous permettre le développement du Haut Niveau et d’être plus performant.

Plusieurs communes et communautés de communes se sont déjà manifesté pour accueillir ce Centre National.

Une chose est dores et déjà actée, c’est le nom : Centre Michel Desbois !

 

Un mot sur la candidature de la pétanque pour faire son entrée aux Jeux Olympiques de 2024 ?

  • Claude Onesta qui pilote la nouvelle gouvernance du sport, nous a dit que la création du Centre National est un excellent atout pour notre candidature.

La Fédération Internationale et la CMSB (Confédération Mondiale des Sports Boules) , présidées toutes deux par Claude AZEMA, défendent ce projet de rejoindre la grande famille olympique et je l’accompagne avec toute mon énergie !

 

Un mot de conclusion, Président ?

  • Grâce à l’aboutissement du projet fédéral, nous continuerons à vivre une pétanque citoyenne afin de toucher toutes les couches de notre société , du téléspectateur au Champion Olympique 2024 !

Et mon souhait est que la pétanque reste une famille

Visitez le site de la Fédération ici

Où trouver un club ? ici

Guide intégrité sportive par le Comité national Olympique et Sportif Français, ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *